Nouvelles du STSE



L’AFPC et le STE demandent au gouvernement de donner suite au rapport Cohen et d’annuler les compressions prévues au Programme de gestion de l’habitat du poisson

Au terme de 138 jours d’audience, 179 témoignages et 3 millions de pages de documents, la Commission d’enquête sur le déclin des populations de saumon rouge du fleuve Fraser a publié son rapport final le 29 octobre 2012. Le gouvernement a déposé le rapport à la Chambre des communes le 31 octobre.

Pour de plus amples renseignements, visitez Nos Poissons.

Le rapport renferme 75 recommandations, dont la plupart s’adressent au ministère des Pêches et Océans (MPO). Il indique clairement que le MPO a notamment comme mandat de conserver les poissons sauvages en assurant la mise en œuvre de la Politique concernant le saumon sauvage et de son Programme de gestion de l’habitat.

Nic Humphreys, vice-président régional-C.-B. du Syndicat des travailleurs de l’environnement, représente beaucoup de travailleurs du MPO dans cette province. Il espère que le gouvernement s’empressera de mettre en œuvre une grande partie des recommandations du rapport.

« Toutefois, les changements annoncés à la Loi sur les pêches dans le projet de loi C-38, les modifications prévues au Programme de gestion de l’habitat et le sous-financement chronique du MPO doivent aussi être revus si le gouvernement souhaite apporter des changements positifs aux populations de saumon du fleuve Fraser et à la santé des stocks de saumon sauvage partout au Canada », dit-il.

Le rapport recommande de conférer davantage de pouvoir au MPO concernant la conservation, la protection de l’habitat et la gestion des pêches et de ramener le financement dans la région du fleuve Fraser à ce qu’il était avant 2010, voire de l’augmenter dans certains cas.

« Mais le gouvernement Harper fait exactement le contraire, selon Humphreys. Le budget du MPO est amputé de 80 millions de dollars à l’échelle nationale et plus de 80 postes ont été abolis cette année en C.-B. Des documents internes indiquent que le Ministère entend remanier et rebaptiser le Programme de gestion de l’habitat, ce qui se traduirait par l’élimination de 30 postes. »

« Je crains que la responsabilité relative à la protection de l’habitat et à la surveillance environnementale ne soit confiée à l’industrie lorsque les changements entreront en vigueur en janvier 2013, poursuit Humphreys. Avec l’assouplissement des règles, le nombre d’évaluations environnementales effectuées par le personnel du MPO passera de 7 000 à quelques centaines par année, et encore. »

« Le rapport est éloquent : ce n’est pas ce que souhaite le commissaire Cohen ni ce que mérite la population. Le MPO doit revoir immédiatement sa décision d’éliminer le Programme de gestion de l’habitat. »

L’Alliance de la Fonction publique du Canada et le Syndicat des travailleurs de l’environnement demandent au gouvernement Harper d’agir rapidement et fermement en donnant suite aux recommandations du rapport Cohen et en annulant les compressions et les changements prévus au Programme de gestion de l’habitat du MPO.

Après avoir examiné le rapport, Humphreys affirme que le gouvernement peut commencer à protéger et à accroître les stocks de saumon sauvage en veillant particulièrement à la mise en œuvre et à l’institutionnalisation des recommandations suivantes :

Le ministre des Pêches doit s’engager à appuyer les politiques et les programmes du MPO qui favorisent la santé et la conservation des stocks de poissons sauvages.  

Le gouvernement doit renforcer le volet de surveillance du Programme de gestion de l’habitat du MPO et donner au personnel le pouvoir d’exiger, lorsque nécessaire, la prise de mesures additionnelles visant la protection de l’environnement.

Le MPO doit publier un plan détaillé pour la mise en œuvre de la Politique concernant le saumon sauvage et le gouvernement doit prévoir des fonds distincts suffisants pour financer le plan d’exécution du Ministère.

Le gouvernement doit financer adéquatement les activités d’application de la loi du MPO sur le fleuve Fraser.

Un organe indépendant doit rendre compte au Parlement et à la population des progrès réalisés au chapitre de la mise en œuvre de la Politique concernant le saumon sauvage et de la mesure dans laquelle les recommandations du rapport ont été suivies.

« Il a fallu attendre le déclin des populations de saumon rouge du fleuve Fraser en 2009 pour attirer l’attention du public sur ces questions, conclut Humphreys. Toutefois, la Commission Cohen a consacré beaucoup d’efforts et de réflexion à la préparation de ce rapport. Le commissaire Cohen présente au gouvernement une feuille de route claire et détaillée. Pour le bien de tous les Canadiens et la préservation de notre saumon sauvage, j’espère que le gouvernement suivra cette voie. »

Read More

Agent(e)s d'aplication de la loi sur la Faune d'EC - Horaire des postes

AUX:    Exécutifs des sections locales - EC

             Exécutif national
             Représentant(e)s nationale et régionaux/les de la PÉ

Le Syndicat des travailleurs de l’environnement a eu une réunion avec Gordon Owen, agent en chef de l’application de la loi à EC, le 14 septembre dernier pour discuter de la mise en œuvre de l’horaire des postes des agent(e)s d’application de la loi, à laquelle assistaient le confrère Todd Panas, président national, et la consoeur Manon Desormeaux, agente fonctionnelle. Vous trouverez ci-après un résumé des discussions qui y ont eu lieu.

Le STE a soulevé un certain nombre de problèmes au nom des agent(e)s en question. La Direction générale a reconnu qu’il y avait des leçons à tirer et aussi que certains points n’étaient toujours pas réglés, dont les suivants :

  • Absence de clarté sur la portée des consultations ainsi que sur leur objet,
  • Manque de formation et de préparation des gestionnaires relativement à la convention collective et la consultation,
  • Mauvaises explications ou manque de compréhension des différentes options,
  • Hésitation des personnels à appuyer des options qu’ils ne comprennent pas,
  • Refus de la part des employé(e)s qui ont participé à la préparation des horaires d’être considéré(e)s comme s’ils ou elles acceptent le projet,
  • Les personnels n’ont pas le sentiment d’avoir été consultés ni écoutés,
  • Moral en baisse,
  • Compréhension de l’expression « cohérence nationale ».

À l’issue des discussions, les parties ont reconnu qu’il y avait encore beaucoup de travail à accomplir. Ainsi, la Direction générale de l’application de la loi sur la faune a accepté de faire un pas en arrière et de mettre la mise en œuvre de l’horaire en suspens jusqu’au 31 mars 2013 afin de procéder à d’autres consultations sur les lieux de travail.

Le STE inclut ci-après dans le présent courriel une copie de la lettre envoyée à tout le personnel de la Direction générale.

Pour tous renseignements complémentaires en la matière, veuillez communiquer avec le bureau national.

 

Envoyé au nom du bureau national du STE

2181, prom. Thurston Drive, Ottawa, ON  K1G 6C9
Tel/Tél: (613) 736-5533   Fax/Télec.: (613) 736-5537
www.uew-ste.com

 

+++++++

Lors de mon message en date du 13 septembre 2012, j’ai confirmé mon intention de rencontrer le président du syndicat avec le Responsable de la mise en application de la loi pour discuter des horaires de travail.

Lors de cette rencontre, les deux parties ont constaté ensemble que, pour diverses raisons, les rencontres qui ont eu lieu au courant de l’été entre les gestionnaires et les employées concernant les différents modèles d’horaires de travail n’ont pas été suffisantes.

Reconnaissant ces manquements et suite à une suggestion provenant du Syndicat, la gestion de la DALF a accepté de prendre du recul et de mettre « en attente » la mise en œuvre des horaires.  Cette prolongation accorde du temps supplémentaires aux agents pour se préparer, communiquer et consulter dans les districts.  L’objectif étant de mettre en œuvre les horaires de travail le plus rapidement possible et avant le 31 mars 2013.

Bien que la question des horaires ne fait pas unanimité, la DALF continue à faire face à des défis importants quant à la variabilité de la gestion du temps et des ressources d’une région à l’autre.

Cette problématique s’amplifie dans ce contexte financier. Pour moi, il est important que nous - employés, gestionnaires et syndicat - travaillons ensemble pour trouver des solutions.

Pour cette raison, nous allons faire un bilan, corriger nos manquements et relancer la période de consultation plus tard cet automne / hiver.

Cette fois-ci nous allons mettre l’accent sur la communication, le déroulement des consultations et les paramètres de la convention collective afin d’identifier des solutions locales et ce, en tenant compte des suggestions et commentaires qui ont été soumis cet été.

En vue d’améliorer le déroulement des consultations, vos gestionnaires vous feront part des prochaines étapes au courant des prochaines semaines. Si vous avez des questions ou des suggestions, je vous invite à communiquer avec votre gestionnaire.

Je suis confiant que ce plan d'action nous permettra d’identifier des solutions qui prennent en considération les besoins et pratiques régionales.

Sheldon Jordan

Directeur général | Director General
Direction de l'application de la loi sur la faune | Wildlife Enforcement Directorate
Environnement Canada | Environment Canada
200, boulevard Sacré-Coeur | 200 Sacré-Coeur Boulevard
Gatineau (Québec) K1A 0H3
Tél. 819 956-1969
Web: www.ec.gc.ca
Gouvernement du Canada | Government of Canada

Read More

Première lauréate de la Bourse d’études Mary Stewart du STE

Le Syndicat des travailleurs de l’environnement est animé de la ferme conviction que tout
individu a le droit d’atteindre ses objectifs par les études et le travail. C’est donc dans cet esprit
que le STE a créé en décembre 2011 une « Bourse d’études Mary Stewart du STE » puis l’a
modifiée en mai 2012. Cette bourse offre un montant de 1000 dollars par an aux enfants et/ou
petits-enfants à charge de membres en règle du STE et aux membres retraités ou décédés qui
ont des enfants et/ou petits-enfants qui quittent l’école secondaire pour entrer en première année
d’un établissement postsecondaire à temps plein, par exemple une université, un collège ou un
institut d’enseignement supérieur.

Pour se mériter cette bourse, les personnes intéressées devaient envoyer une demande à cet effet
accompagnée d’une rédaction de 800 mots sur le thème « Quelle est, selon vous, la valeur des
services publics? ».

Le STE est très fier d’avoir décerné à Anne Hummel une bourse de 1 000 dollars le 10 août
dernier. Anne va entreprendre des études à l’Université d’Ottawa et suivre le programme d’arts
et d’histoire d’une durée de 4 ans.

Le STE est particulièrement fier des objectifs d’Anne, première récipiendaire de la cette bourse,
et profite des circonstances pour lui souhaiter de réussir dans ses études et d’atteindre ses
objectifs.

Read More