Nouvelles du STE



Phénix et les cotisations

Trop payés, pas assez payés ou pas payés du tout… le système de paye Phénix a causé d'énormes difficultés à nos membres.

Le syndicat a beaucoup travaillé pour corriger la situation.

En plus de perturber le processus de la paye, Phénix a aussi perturbé le processus des cotisations syndicales. Vous pouvez nous aider à faire pression sur le gouvernement pour qu'il paye ses fonctionnaires avec exactitude, paye après paye.

Pendant des années, le système Phénix a mal prélevé les cotisations syndicales de près de 150 000 membres de l’Alliance de la Fonction publique du Canada. Des milliers de fonctionnaires ont soit payé trop de cotisations, soit pas assez.

En novembre, le gouvernement sera enfin en mesure de corriger les erreurs de Phénix, et les cotisations des membres de l’AFPC seront à nouveau correctement prélevées.

Un système défaillant

L’AFPC a un système établi depuis longtemps pour calculer les cotisations de ses membres. Les données sont mises à jour tous les mois et envoyées au gouvernement pour être entrées dans le système de paye. Cependant, à cause du dysfonctionnement de Phénix, le gouvernement n’a pas été en mesure d’appliquer les mises à jour depuis mars 2016.

Cela a causé des erreurs de paye pour des milliers de fonctionnaires, surtout ceux qui ont connu d’importants changements par rapport à leur emploi, par exemple ceux qui ont eu une promotion, changé de poste, pris un congé parental ou pris leur retraite.

Un problème répandu

En raison de l’incapacité du système de bien calculer les cotisations, plus de 39 000 membres de l’AFPC ont payé trop de cotisations et ont donc droit à un remboursement. Nous avons estimé que les remboursements atteindront près de 2,6 millions de dollars.

Malheureusement, beaucoup d’autres membres, soit près de 111 000, n’ont pas assez payé de cotisations. Pour ces membres, nous ferons des prélèvements de recouvrement à partir du 14 novembre.

La majorité de ces membres nous doivent moins de 300 $. Conformément à nos politiques, le recouvrement se fera en petits montants et sera étalé sur plusieurs payes. En outre, l’AFPC a aussi pour politique de ne pas récupérer plus qu'un montant équivalent à une année de cotisations, même si le membre doit plus que ce montant.

Notre manque à gagner au titre des cotisations atteint presque 20 millions de dollars. Les cotisations syndicales servent à financer des services essentiels pour nos membres, par exemple la négociation collective et la représentation juridique, la défense des griefs et la formation. Nous ne pénaliserons pas nos membres pour l'erreur que le gouvernement a commise en implantant Phénix. Nous ne nous attendons pas à pouvoir recouvrer tout l'argent qui nous est dû auprès de nos membres. Nous prendrons tous les moyens juridiques disponibles pour nous faire rembourser par le gouvernement les arriérés de cotisations que nous ne pouvons pas récupérer auprès des membres.

Qu’est-ce que cela signifie pour les membres de l’AFPC?

Le système Phénix sera en mesure de rajuster les cotisations cet automne. Les membres recevront une lettre vers la fin novembre leur donnant des précisions sur leur situation concernant les cotisations. À partir de la paye du 14 novembre, les cotisations seront à nouveau correctement prélevées.
Les membres qui ont trop payé de cotisations seront remboursés. Nous verserons 
le montant total qui leur est dû sur une paye ou deux. À partir de janvier 2019, les cotisations devraient être calculées selon le nouveau taux réduit.

Pour les membres qui ont un arriéré de cotisations, l’AFPC procédera au recouvrement d’un maximum d’une année de cotisations, mais cela ne sera pas fait d’un seul coup. Le recouvrement sera étalé sur plusieurs payes et se fera en petits montants correspondant au montant des cotisations mensuelles normales. La majorité des membres nous doivent moins de 300 $; pour eux, le recouvrement ne devrait pas prendre plus de deux ou trois mois.

Si vous avez des questions au sujet des arriérés des cotisations syndicales, vous pouvez remplir notre formulaire de demande de renseignements.

Read More

C' est une question de RESPECT

À compter du 5 SEPTEMBRE 2018  les agents des pêches, d'un océan à l'autre porteront ces brassards portant la mention RESPECT US / RECLASSIFY US  1969  RESPECTEZ-NOUS/RECLASSIFIEZ-NOUS.
   

Voici maintenant des années que les agent(e)s des pêches ne cessent de justifier auprès de la direction du MPO et du Conseil du Trésor qu’ils/elles ne sont pas correctement classifié(e)s par rapport à l’aspect moderne de leur travail. De récentes mesures prises par la direction n’ont fait qu’aliéner un peu plus ce groupe de personnes qui servent les Canadiens/Canadiennes par le fait qu’ils/elles font respecter la législation fédérale concernant les volets commerciaux et récréatifs, ainsi que l’habitat, laquelle a pour but de protéger nos ressources halieutiques et nos industries et communautés liées à la pêche, de même que le moteur économique, pour les futures générations de Canadiens/Canadiennes.

 

Depuis plus de 25 ans maintenant que dure cette lutte pour avoir une classification adéquate, notamment l’exercice de NGC lorsqu’il fut précisé que les agent(e)s des pêches étaient sérieusement sous-classifié(e)s et sous-payé(e)s. L’actuelle Norme de classification GT a été rédigé en 1969 et n’a strictement rien à voir avec le travail qu’effectuent les agent(e)s des pêches de nos jours.

 

À cela il convient d’ajouter que les agent(e)s des pêches ne bénéficient pas des dispositions de certains articles de la convention collective TC en vigueur, dont relèvent spécifiquement les employé(e)s GT, lesquels avantages sont pourtant octroyés à d’autres employé(e)s GT d’autres ministères fédéraux.

 

Ces brassards noirs sont le signal fort mais respectueux de la frustration, de la déception et de la colère qui se répandent d’une côte à l’autre du pays parmi les personnels sur le terrain de la Direction générale de la Conservation & de la Protection, et les agent(e)s des pêches à Pêches et Océans Canada.

 

Ces brassards sont aussi un signe de soutien aux équipes de négociation de l’AFPC, particulièrement les équipes TC et PA qui essaient de faire la démonstration des inégalités salariales entre personnes de mêmes classifications, qui font exactement le même travail, mais qui sont rémunérées de façon largement différente.

  

À travail égal salaire égal ! RESPECT !

Read More

Bourses d'études du STSE - 2018

Le Syndicat des travailleurs de la santé de l’environnement (STSE) est convaincu que tout individu a le droit d’atteindre ses objectifs par les études et le travail assidu. Dans un monde où la technologie et la société changent à un rythme rapide, l’éducation est indispensable pour rester au fait de ce qui se passe et se construire un meilleur avenir.  C'est donc dans cet esprit que le STSE offre cinq bourses :

  1. Deux bourses d'études basées sur la réussite scolaire d'un montant de 3 000 $ chacune: bourse d'études Tony Tilley et bourse d'études Mary Stewart
  2. Une bourse d'études de 3 000 $ pour suivre un programme d'apprentissage
  3. Une bourse d'études de 3 000 $ à un membre retournant faire des études à temps plein
  4. Une bourse d'études sur les droits de la personne de 3 000 $ 

Veuillez noter les critères d'admissibilité décrits dans les lignes directrices des bourses d'études.

Nous joignons à la présente le formulaire de demande du Programme de bourses d’études du STSE. Cette année, le thème choisi est «  À la veille du 100ème anniversaire de la grève générale de Winnipeg, dans quelle mesure les répercussions de ce mouvement ont façonné le marché du travail du Canada et la société d’aujourd’hui ? »

Le formulaire ainsi que les critères d'admissibilité sont disponible ici. 

 

La date limite de réception des formulaires a été fixée au 31 juillet 2018.

Read More